Thématiques

51 résultat(s)

  • La rose de la Sainte-Chapelle
    La rose de la Sainte-Chapelle
    Cette nouvelle exposition itinérantedu Centre des monuments nationaux a été conçue pour faire découvrir au plus grand nombre ce chef-d’œuvre du vitrail gothique.
    Elle présente des photographies à taille presque réelles de la grande rose de la Sainte-Chapelle de Parisexposée pour la première fois à l’abbaye de La Sauve-Majeure du 7 septembre 2019 au 5 janvier 2020.
    La grande rose de la façade ouest de la Sainte-Chapelle de Paris, sur l’Ile de la Cité, représente, en vitrail, le thème de l’Apocalypse selon saint Jean, dernier livre du Nouveau Testament.
    L’exposition se propose ainsi de coucher la rose à l’horizontale dans une installation originale conçue par Alexis Patras et Tania Hagemeister, qui convie les visiteurs à une promenade au plus près des scènes historiées. Le promeneur chemine dans les « allées » du vitrail, progressant de scène en scène, de pétale en pétale, guidé par la carte commentée de Françoise Perrot, historienne du vitrail, ancienne directrice du Centre international du vitrail de Chartres, directrice honoraire de recherches au CNRS et commissaire de cette exposition.

     98

  • Photographier l’art contemporain : tout un art !
    Photographier l’art contemporain : tout un art !
    Le photographe Laurent Lecat collabore depuis de nombreuses années avec le Cmn en photographiant les œuvres d'art contemporain installées dans les monuments. A chaque fois la commande passée par le pôle Images est la même: l'installation doit être photographiée in situ, intégrer un détail qui rappelle le monument et rester centrale: revient alors au photographe le talent de combiner retenue et narration: décrire et créer... Faire œuvre d'une œuvre sans jamais la trahir : peu nombreux sont les photographes capables d'une telle synthèse.

     25

  • Représentations de châteaux à Bussy-Rabutin
    Représentations de châteaux à Bussy-Rabutin
    La salle des Devises du château de Bussy-Rabutin ne présente pas uniquement des devises : y figurent également dans le registre supérieur une série de dix-huit vues de châteaux français, sans doute peintes d'après les gravures de Nicolas Perelle ou d'Israël Silvestre.

     18

  • Devises du château de Bussy-Rabutin
    Devises du château de Bussy-Rabutin
    Maximes d'amour ou devises vengeresses, l'art de s'exprimer en images avec impertinence et esprit.

     34

  • NOTRE-DAME DE PARIS
    NOTRE-DAME DE PARIS
    "Dans l'escalier régnait la fraîcheur. L'odeur de la pierre, aqueuse, métallique, n'avait probablement pas changé depuis le XIIe siècle, date de la construction de Notre-Dame. Cette senteur de fleur morte, je l'ai sentie souvent dans les grottes karstiques où je bivouaquais au milieu des calanques de Cassis... Je crois à la mémoire des pierres. Elles absorbent l'écho des conversations, des pensées. Elles incorporent l'odeur des hommes... "
    In. "Une très légère oscillation" (2017). Sylvain Tesson, l'auteur de ces admirables lignes n'aime pas les citations et encore moins les multiples écrans des portables et des appareils photographiques qui s'interposent entre le visiteur et le monument coupant court à tout lien direct émotionnel susceptible de relier l'homme à son environnement. Peu nombreux sont les Photographes capables de ne pas rompre ce lien et l'appareil ne s'interpose pas ici mais traduit plutot la vision mentale d'un visiteur contemplatif, admiratif, humble capable de partager pour le ressentir, ce qu'est précisément "la mémoire des pierres"... En images.

     18

  • Un "abrégé d'histoire ancienne et moderne" : la collection de portraits du château de Bussy-Rabutin
    Un "abrégé d'histoire ancienne et moderne" : la collection de portraits du château de Bussy-Rabutin
    "Il y a des choses fort amusantes qu'on ne trouve point ailleurs : par exemple, j'ai une galerie [l'actuelle galerie des Rois] où sont les portraits de tous les rois [...] et sous chacun d'eux un écriteau qui apprend tout ce qu'il faut savoir de leurs actions [...]. D'un autre côté sont les grand hommes d'État et de lettres. Pour égayer tout cela, on trouve dans un autre endroit les maîtresses et les bonnes amies des rois [...]. Une grand antichambre [l'actuelle salle des Hommes de guerre] précède cette galerie, où sont les hommes illustres à la guerre [...] avec des souscriptions qui, en parlant de leurs actions, apprennent ce qui s'est passé dans chaque siècle où ils ont vécu. Une grande chambre est ensuite, où est seulement ma famille, et cet appartement est terminé par un grand salon [aujourd'hui la tour Dorée] où sont les plus belles femmes de la cour qui m'ont donné leurs portraits." Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance, vol. II.

     489

  • Machins, truc, bidules... "La complainte du progrès"
    Machins, truc, bidules... "La complainte du progrès"
    "Viens m'embrasser, Et je te donnerai
    Un frigidaire
    Un joli scooter
    Un atomixaire
    Et du Dunlopillo
    Une cuisinière
    Avec un four en verre
    Des tas de couverts
    Et des pelles à gâteaux
    Une tourniquette
    Pour faire la vinaigrette
    Un bel aérateur
    Pour bouffer les odeurs
    Des draps qui chauffent
    Un pistolet à gaufres
    Un avion pour deux

    Et nous serons heureux" Boris Vian - La complainte du progrès-

     47

  • Emeric Feher et les séries industrielles
    Emeric Feher et les séries industrielles
    Au sortir de la guerre, la société se reconstruit et sa modernisation est le plus souvent accompagnée de reportages photographiques. Les commandes qui se multiplient pour le photographe Emeric Feher sont de natures diverses : il réalise des images de mode pour de grandes maisons de couture (Carven, Lelong, Piguet), mais aussi photographies publicitaires pour les usines de papiers Cenpa ou la SNCF, des reportages industriels (les chantiers de Penhoët). C'est une occasion pour le photographe de dépasser le cadre de la commande conférant souvent à son sujet une dimension à la fois graphique et sociale...

     95

  • Photographier la Normandie
    Photographier la Normandie
    Du terroir aux courses hippiques, des artisans aux mondains, des voiliers de régate et puis LE France si majestueux dans le port du Havre, le bocage, le Camembert, les pêcheurs, le littoral: portrait photographique d'une région authentique entre terre et mer ...

     129

  • Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février): portrait d'Emilie du Chatelet.
    Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février): portrait d'Emilie du Chatelet.
    Émilie du Châtelet (1706 -1749), née dans un milieu aussi érudit que tolérant, la jeune Emilie doit à son père un enseignement des disciplines scientifiques généralement dispensé aux garçons. Présentée à l’âge de 16 ans à la cour du Régent, elle mène une vie libertine et frivole collectionnant les robes, les chaussures, adorant les bijoux. Mariée au Marquis du Chatelet celui-ci a vite fait de comprendre les capacités intellectuelles de sa femme à qui il laisse toute sa liberté. Elle fait la connaissance de Voltaire en 1734, alors qu’il est en disgrâce, leur liaison durera quinze ans. Il l'encourage dans la traduction des Principia Mathematica de Newton qui font encore autorité aujourd’hui. Voltaire se montra admiratif envers elle la considérant comme son égale. Émilie du Châtelet est estimée comme l'une des premières femmes scientifiques d'influence dont on ait conservé les écrits. Le beau portrait d’elle d’après Marie-Anne Loir, conservé au château de Ferney Voltaire, nous montre une femme séduisante et raffinée, délaissant pourtant certains atours (le collier de perles dans un livre , l'oeillet symbole d'une beauté périssable) au bénéfice d’ attributs scientifiques ; en zoomant dans l’image, on remarquera le planétaire à l’arrière-plan faisant référence à Newton, et le compas dans sa main droite...

     7

  • Les grands Magasins
    Les grands Magasins
    "Déjà, voulant éviter la fatigue des étages aux dames délicates, il avait fait installer deux ascenseurs, capitonnés de velours. Puis, il venait d'ouvrir un buffet, où l'on donnait gratuitement des sirops et des biscuits, et un salon de lecture, une galerie monumentale, décorée avec un luxe trop riche, dans laquelle il risquait même des expositions de tableaux. Mais son idée la plus profonde était, chez la femme sans coquetterie, de conquérir la mère par l'enfant ; il ne perdait aucune force, spéculait sur tous les sentiments, créait des rayons pour petits garçons et fillettes, arrêtait les mamans au passage, en offrant aux bébés des images et des ballons. Un trait de génie que cette prime des ballons, distribuée à chaque acheteuse, des ballons rouges, à la fine peau de caoutchouc, portant en grosses lettres le nom du magasin, et qui, tenus au bout d'un fil, voyageant en l'air, promenaient par les rues une réclame vivante !" Emile Zola, "Au Bonheur des dames"

     12

  • Monuments en quête d'auteur
    Monuments en quête d'auteur
    En 1985, la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (CNMHS), actuel Centre des monuments nationaux, donnait carte blanche à six jeunes photographes pour renouveler l’image des monuments du patrimoine architectural français.
    "Monuments en quête d’auteurs" fut le nom donné à cet ambitieux projet : six photographes (Daniel Boudinet, Manel Esclusa, Marc Le Méné, Elisabeth Lennard, Pierre Radisic et Keiichi Tahara), face à six monuments (le Panthéon, Carcassonne, l’Abbaye du Mont-Saint-Michel, l’Arc de Triomphe, le château du Haut-Koenigsbourg et le château de Chambord). Chaque photographe s’emparant d’un monument.
    Le résultat de cette commande, 53 tirages photographiques originaux, fut exposé à l’hôtel de Sully à l’automne 1986 tandis qu’une petite partie en était publiée dans le numéro 147 de la revue « Monuments historiques ». Mais après cela, plus rien ou presque. Les tirages furent vite rangés dans une réserve puis… oubliés. Ce n’est qu’au début des années 2010, à l’occasion du déménagement de cette réserve que l’ensemble fut retrouvé, inventorié et restauré.

     31

  • Parcs & Jardins
    Parcs  & Jardins
    Culture et agencement de vegétations dans un espace extérieur et clos suffiraient-il à définir ce qu’est un jardin ? Sous chacun de ces termes s'entendent de multiples typologies et fonctions. De quel jardin parle-t-on ? selon l’ordonnancement et le type de végétation on évoquera le jardin à la Française ou à l’Anglaise, le potagers, le verger, le jardin des simples ou officinal chacune de ces typologie induisant une fonction : se promener, de cacher, se nourrir, se soigner, méditer, jouer, exposer, s’afficher... invitant ainsi à chaque fois de nouveaux publics. Au Centre des monuments nationaux, le plus vaste est sans doute celui du domaine de Saint-Cloud point de jonction de plusieurs villes, de visiteurs et de résidents très différents : des statues aux sportifs, photographes, pique-niqueurs ou passionnés d’Histoire... D’autres sont plus intimes comme ceux Talcy ou de Nohant , entre les deux l’élégance des broderies des châteaux de Champs sur Marne ou de Bouges affiche un art de vivre passé ; et encore, les allées sobres mais imposantes du jardin du Palais Royal, la charmille sous laquelle Voltaire aimait deviser avec ses invités ou le savant désordre de celui de Bélébat où Clemenceau très attaché à la beauté de la nature, recueillait de son ami Monet des conseils pour faire pousser malgré les sables vendéens une roseraie, des iris ou des giroflées...

     37

  • l'aventure des Séeberger
    l'aventure des Séeberger
    Constitué de plaques de verre et de tirages originaux noir et blanc, le fonds Séeberger première génération, progressivement constitué à partir de 1993 par la CNMHS, est conservé au Pôle Images du Centre des monuments nationaux. Profondément artistes, les frères Séeberger découvrent la photographie en amateurs alors qu’ils exercent le métier de dessinateurs industriels. Récompensés par plusieurs concours artistiques, ils abandonnent tous trois leur métier initial pour se consacrer pleinement à la photographie en 1906. Ils réalisent alors leurs premiers travaux commerciaux, des cartes postales. Spécialisant leur atelier à partir de 1909 dans les reportages de mode dans le milieu mondain, ils sont amenés à se rendre fréquemment sur les lieux de villégiatures des personnalités en vue. Ils n’en délaissent pas pour autant l’observation de Paris, dont ils photographient l’inondation en 1910 et les métiers de rue. Hollywood leur commande alors des images documentaires de la Ville Lumière afin de recréer en studio un cadre de vie parisien fantasmé. Rejoints en 1927 et 1931 par les deux fils de Louis, Jean et Albert, les trois frères se retirent définitivement de l’entreprise en 1939, s’adonnant à leurs premières passions, la peinture, le dessin et la musique. Deux générations qui se font écho tout le long du XXème siècle ...

     149

  • Ce n'est pas nouveau la réalité augmentée !
    Ce n'est pas nouveau la réalité augmentée !
    Une image stéréoscopique est constituée de deux vues (gauche et droite). Pour réaliser une telle image, deux capteurs sont nécessaires et doivent être positionnés en léger décalage uniquement latéral (pas plus de 65mm qui correspond à la distance moyenne entre les deux pupilles d’un adulte). Ce dispositif produit deux vues qui peuvent être visionnées avec un effet de relief ; cet effet est également appelé parallaxe. L’image stéréoscopique ne tarde pas à devenir en vogue dès 1840, elle est une restitution en relief de scènes de voyages, de saynètes en studio, de nus délurés, des spectacle comme le Wild west show de Buffalo Bill ! Le Centre des monuments nationaux possède dans ses collections un fonds précieux, acquis à la fin des années 1970, constitué d’un lot important de plaques de verre stéréoscopiques au collodion et au gélatino-bromure.

     64

  • Le Mont Saint-Michel : des regards photographiques...
    Le Mont Saint-Michel : des regards photographiques...
    Prouesse architecturale et technique le Mont Saint-Michel est l’objet de divers cultes religieux et profanes depuis son édification au Xème siècle . Il émerveille comme il déçoit. En ont témoigné de nombreux écrivains : Madame de Sévigné le décrit à sa fille comme «orgueilleux » puis « fier » et Guy de Maupassant le trouve « étrange » et «fantastique ». Il déçoit aussi: Stendhal le considère « (...) si petit, si mesquin », alors que pour Victor Hugo il est -évidemment !- « misérable » . Ne cédant aucune place à l'indifférence, le Mont Saint-Michel est sans doute l’un des monuments les plus décrits et dépeints au monde. Du haut de son jeune âge, la Photographie aussi y porte l’incroyable diversité de ses regards. Anciens, contemporains, jeunes, classiques ou avant-gardes, les photographes le capturent pour en faire oeuvre. Leur oeuvre...

     66

  • Maisons des Illustres du Cmn / Photographies par Colombe Clier
    Maisons des Illustres du Cmn /  Photographies par Colombe Clier
    Le label Maison d’illustre du ministère de la culture a été attribué entre autres sites à sept monuments gérés par le Centre des monuments nationaux ; chacun de ces monuments a fait l’objet entre 2012 et 2014 d’un reportage photographique par la photographe Colombe Clier qui a su restituer l’ambiance et y retrouver d’illustres présences...

     30

  • Chantiers...
    Chantiers...
    Au Centre des monuments nationaux le terme chantier s'entend de plusieurs manières: le chantier de restauration, le chantier de collection, le chantier comme lieu en désordre... Constat photographique et poétique de la "vie secrète" des matériaux et des objets cachés, dérangés, au contraire révélés, étiquetés ou échafaudés pendant le temps de leur mutation en même temps que celle du monument ...

     42

  • Les monuments du Cmn
    Les monuments du Cmn
    Quelques partis-pris photographiques sur la diversité des monuments nationaux ou comment résumer la complexité d’un monument ou d’un site en peu d’images... Se lever tôt, se coucher tard, connaitre l’histoire, observer ce qui n’existe nulle part ailleurs : tout un art !

     44

  • Photographier en noir et blanc aujourd'hui
    Photographier en noir et blanc aujourd'hui
    Regards vous présente des photographes contemporains qui ont, à l’occasion d’une de nos commandes, choisi de privilégier l’utilisation du noir et blanc…Pourquoi ? La question a déclenché de belles réflexions qu’ils ont accepté de nous livrer. Ainsi l’utilisation délibérée du noir et blanc en photographie « excelle à convoquer ce qui n’est pas seulement de l’ordre de la représentation, ne peut être photographié, et pourtant habite la photographie, signale sa présence […] » nous dit Marc Tulane. D’autres, comme Jean-Christophe Ballot, y voient tout au contraire une véritable représentation, une mise en scène et une théâtralisation de l’objet photographié. Idée nuancée par Vasco Ascolini « Le noir en photographie séduit la part imagée, le blanc se donne […] le noir n’efface pas, il recouvre ». A son tour, Colombe Clier souligne que le noir et le blanc existent dans la photographie couleur […] le noir camoufle, dissimule, donne à interpréter. Le blanc expose parfois jusqu’à l’annulation et dans les deux cas, l’abondance ou l’absence de lumière porte à la disparition de la couleur »…

     30