Thématiques

42 résultat(s)

  • Rouge
    Rouge
    Dans l’antiquité puis dans le monde chrétien le rouge est la couleur attribuée aux Elites (Consul, empereurs, évêques…). Dérivé de l’animisme où le rouge, couleur du sang est aussi symbole de (re)naissance, il tient dans l’imaginaire populaire, le rôle de la chaleur, de l’exubérance et de la joie, ainsi il sera associé à la sensualité, au désir, à la tentation donc au diable…

     69

  • Regard[s] de photographe #7: Patrick Tourneboeuf @Le château de Ferney-Voltaire
    Regard[s] de photographe #7: Patrick Tourneboeuf @Le château de Ferney-Voltaire
    Des Petits Riens...
    "Depuis une quinzaine d'années, j'accumule une série d'images aux antipodes formels de ma démarche habituelle fondée sur la précision et le temps compté de la chambre photographique. Ces images narratives, prises dans un premier temps avec un appareil en plastique Holga et depuis 2011 à l'aide d'un smartphone, sont des fragments de quotidien, des impressions photographiques saisis au fil des jours. « Des Petits Riens » est une recherche en perpétuelle progression sur des instants intimes, dans un fluide intuitif et spontané, en osmose avec la magie du temps suspendu. La photographie a ce pouvoir envoûtant de figer le temps, comme un carnet de notes, un journal de bord à la mémoire vive. Il y a cette volonté de provoquer le hasard, d'absorber un ressenti, de transcrire une odeur par l'émotion de l'image, même imparfaite. On peut associer cette approche à la pratique de la Foto Povera, où seule l'idée de saisir l'instant motive le déclenchement. Même les erreurs, les défauts deviennent des éléments singuliers de la construction de ce qui est donné à voir. J’apprivoise ce mode aléatoire qui est à l’antipode de ma méthode de travail du grand format, cadré et posé. C’est mon anti-chambre…"P.Tourneboeuf, Oct. 2017

     21

  • REGARDS sur INSTAGRAM
    REGARDS sur INSTAGRAM
    On peut faire entrer beaucoup de talents dans un carré... ;-)

     21

  • La féminité fantasmée
    La féminité fantasmée
    Au début du XXème siècle, Jules, Louis et Henri Séeberger se plaisent à réaliser dans leur atelier des portraits photographiques de jeunes femmes en noir et blanc. Ornées de couronnes de fleurs, vêtues de tenues orientalisantes ou s'incarnant en Madone, tantôt lascives tantôt pudiques, les modèles (anonymes) prennent la pose et jouent le rôle imaginé pour elles par les photographes.
    Les tirages de ces séances de pose sont ensuite colorisés à l'huile, avant d'être finalement reproduits photographiquement par leurs soins sur plaques autochromes.

     48

  • Inondations de Paris, 1910
    Inondations de Paris, 1910
    La ville de Paris a connu sa dernière crue centennale à l'hiver 1910 : inondant de nombreux quartiers parisiens, la Seine a alors atteint son niveau maximal, 8,62 mètres au pont d'Austerlitz.

     104

  • Regard[s] de photographe #6: Marc Tulane @La place forte de Mont-Dauphin
    Regard[s] de photographe #6: Marc Tulane @La place forte de Mont-Dauphin
    Un monument c’est avant tout des pensées.
    A Mont-Dauphin, les pierres de la place forte relèvent d’un agglomérat de pensées : celles du pouvoir royal, de Vauban, de ses nombreux architectes, des promoteurs, entreprises et
    compagnons. Ici, la pierre a été pensée avec une rigueur et un dépouillement extrêmes qui tendent à l’abstraction, elle évoque une pensée fondatrice et d’autres pensées. Ces dernières, déposées par les compagnons dans les interstices, durant les longs façonnages et assemblages des pierres, sont une poésie qui nous est donnée à lire au creux des remarquables appareillages. Bien que présentes encore, les dimension et vocation premières se sont diluées dans le temps et l’espace, au bastion défensif se substitue une sorte d’immensité contemplative, austère, digne et sauvage. Et, les pensées constitutives du site, retenues dans le bâti durant des siècles, semblent s’en échapper aujourd’hui pour nous en révéler l’âme véritable, insoupçonnée. Poésie et âme, portées avec force par le pays, grâce à sa lumière cristalline, sommitale et céleste qu’un vent quotidien sublime dans un large espace de silence. Marc Tulane - décembre 2016.

     18

  • Maisons des Illustres d'Île-de-France
    Maisons des Illustres d'Île-de-France
    Créé en 2011 par le ministère de Culture et de la Communication, le label "Maisons des Illustres" met en lumière des demeures conservant et valorisant la mémoire de leurs hôtes, remarquables par le rôle majeur qu'ils ont joué dans les domaines des arts, des sciences, de la littérature ou de la politique.

     252

  • Maisons des Illustres du Centre des monuments nationaux
    Maisons des Illustres du Centre des monuments nationaux
    L'attribution du label « Maisons des Illustres » par le Ministère de la culture et de la communication offre l'occasion au Centre des monuments nationaux de vous convier à une visite au cœur des demeures qui conservent le souvenir de leurs hôtes, personnalités littéraires, artistiques ou politiques. Le regard de la photographe Colombe Clier permet de (re)découvrir la maison de George Sand, les châteaux de Voltaire et de Roger de Bussy, le havre de paix de Georges Clémenceau, la maison d'enfance d'Ernest Renan ou celle des dernières années de Léon Gambetta.

     58

  • Regard[s] de photographe #5 : Ambroise Tézenas @Abbaye de Montmajour
    Regard[s] de photographe #5 : Ambroise Tézenas  @Abbaye de Montmajour
    Abbaye du Thoronet - Abbaye de Montmajour

    « Photographier des monuments historiques, des lieux immuables qui traversent les âges est une expérience particulière. Je ne m’en étais étrangement jamais vraiment rendu compte, car plus souvent amené à photographier des paysages en mutation, des paysages contemporains reflétant une époque vouée, par définition, à changer. Il y a tout d’abord comme un goût de défi de se retrouver dans ces abbayes où d’autres photographes ont posé leur regard, comme une envie d’en révéler aussi quelque chose, ou du moins de le tenter. C’est particulièrement vrai à l’abbaye du Thoronet où l’on ne peut se résoudre à simplement montrer, il y a cette envie de faire ressentir, tant l’atmosphère y est singulière. Et il y a par ailleurs un sentiment assez indéfinissable, mélange de nostalgie et de sérénité, de savoir que ces lieux ont été traversés par d’autres, proches, parents qui ne sont plus là et pour qui le spectacle fut le même. » A.T. Octobre 2016.

    Retrouvez-nous aussi sur Facebook: http://on.fb.me/13XJmpz

    Ambroise Tézenas est représenté par la Galerie Mélanie Rio (Nantes & Paris) qui participe à la prochaine édition de Paris Photo au Grand Palais du 10 au 13 novembre 2016.

     15

  • Nos photographes exposent : « Les dormeurs de Saint-Denis » de JC Ballot à Saint-Petersbourg
    Nos photographes exposent : « Les dormeurs de Saint-Denis » de JC Ballot à Saint-Petersbourg
    Au printemps 2014, nous avions passé commande d'un reportage -carte blanche- au photographe Jean-Christophe Ballot sur les orants et gisants de la basilique de Saint-Denis, nécropole des rois et reines de France. c'est aujourd'hui ces mêmes photographies exprimant au mieux ce que Jean-Christophe Ballot a su saisir: "la présence, la vie, le mouvement de ces êtres de pierre" qui seront exposées à partir du 28 septembre jusqu'au 4 décembre 2016 dans la forteresse Pierre et Paul à Saint-Petersbourg.

     46

  • Regard[s] de photographe #4: Eric Sander @Domaine de Saint-Cloud
    Regard[s] de photographe #4: Eric Sander @Domaine de Saint-Cloud
    J’avais déjà photographié de nombreux jardins, mais quand lorsque le CMN me confia la mission de photographier le Domaine de St Cloud sur les quatre saisons, ma première impression fut : Ouah ! Un jardin de 460 hectares, vaste programme ! Entre le parc à l’anglaise (le jardin du Trocadéro), les fontaines, les vues sur Paris, les allées cavalières, les terrasses, les perspectives, les bois, les statues, je me suis dit que ce serait difficile. Cependant, jour après jour, la tâche devint peu à peu accessible et les images - certes non exhaustives - ont fini par capter une partie de la beauté et de la variété de ce site remarquable chargé d’Histoire. Avec, quelque soit l’heure, la sensation de vivre en majesté la démesure des lieux, tant ici le regard peut porter loin. Une impression d’être (presque) seul au monde, aux portes de Paris ! Eric Sander (janvier 2016)

     30

  • Emeric Feher à la vie à l'image
    Emeric Feher à la vie à l'image
    Le Centre des monuments nationaux a présenté dans le logis royal du château d’Angers, l’exposition « Emeric Feher – À la vie à l’image » dédiée au travail du photographe Emeric Feher, sous le commissariat de Françoise Paviot.
    Plus de cent photographies de l’artiste – dont une grande partie provient du fonds acquis par l’établissement en 1982 (www.regards.monuments-nationaux.fr) – furent exposées, retraçant son travail et sa perception unique de la France des années 1930 aux années 1960.

     48

  • Inondations
    Inondations
    Du 7 au 13 mars 2016 la Préfecture de police organise un exercice de gestion de crise face à une crue majeure de la Seine en Ile-de-France. Un exercice dans les conditions réelles. Pour plus d’information http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr
    Regards vous présente dans cet album des photographies inédites des inondations de 1910 témoinages d’une époque et d'un événement majeur qui marquèrent à jamais l’histoire parisienne et nous invitent depuis à exercer une vigilance a(c)crue !

     28

  • Regard[s] de photographe #3 : Jean-Christophe Ballot @Basilique cathédrale de Saint-Denis
    Regard[s] de photographe #3 :  Jean-Christophe Ballot @Basilique cathédrale de Saint-Denis
    "Confidences à Saint-Denis…"
    Photographier une peinture, une sculpture, une architecture, c'est mettre ses pas dans ceux d'un autre artiste. Quelle attitude choisir ? Dans ce questionnement de faire "œuvre sur l’œuvre", il faut bien sûr travailler en intelligence : la comprendre, la respecter. Ma réponse est d'essayer de révéler par une vision personnelle la force, la beauté, la gravité, la légèreté, la grâce… de l'œuvre.
    C'est en quelque sorte une partition à quatre mains… Ma rencontre avec ces artistes du temps passé, en une création commune.
    J'apporte à l’œuvre les éléments d’écriture de la photographie : le cadrage et surtout la lumière. A la basilique de Saint-Denis j’avais donc apporté le matériel d’un petit plateau de tournage : pieds, krémers, mandarines, drapeaux, volets, diffuseurs, réflecteurs... Je " fais une lumière" comme en cinéma, la formation que j'ai reçue à la Fémis. La palette que j’y ai choisie va de l'expressionnisme Allemand très théâtral et dramatique, au glamour enveloppé d'un studio Harcourt.
    En tentant de révéler l'oeuvre, j'essaie aussi de révéler une personnalité que j'ai devant mon objectif. Je ne fais pas une nature morte, mais bien un portrait. C’est par ce regard contemplatif, dont la durée s'étirant se rapproche un peu de celle qui inscrit dans la pierre ou le bronze, que je dialogue avec ce roi là devant moi…J'aime mes images lorsqu'elles arrivent à exprimer la présence, la vie, le mouvement de ces êtres de pierre.
    Jean-Christophe Ballot, Paris le 23 septembre.

     21

  • Regard[s] de photographe #2 : Gilles Codina @Le Panthéon
    Regard[s] de photographe #2 : Gilles Codina @Le Panthéon
    En photographiant le Panthéon, en haut de la grue, j’ai ressenti la sérénité de l’édifice abritant ces femmes et ces hommes qui ont atteint les sommets de notre société. En grimpant, j’ai pu photographier l’ouvrage et son esprit au milieu de Paris « La grande ville » ! Impressionné, j’ai fixé, avec mon appareil photographique, l’aspect dominant et symbolique du Panthéon. Après le montage de son échafaudage et par la suite recouvert de bâches blanches soudées entre elles, formant un immense manteau blanc, j’ai imaginé être en dehors du temps. Attentif, j’ai photographié l’ouvrage se métamorphoser et être « emballé » pour sa restauration, ressemblant pour l’occasion à une œuvre contemporaine, un beau sujet d’inspiration donnant les images que je vous présente.

     18

  • Regard[s] de photographe #1: Colombe Clier @Château de Champs-sur-Marne
    Regard[s] de photographe #1: Colombe Clier @Château de Champs-sur-Marne
    A la veille de sa réouverture, le Château de Champs sur Marne est en effervescence. récit et photographies de Colombe Clier. "... On s'active, on lave, on aspire toute trace. Car Champs vit au présent. Et pour que le soleil vienne mirer son beau visage dans les immenses glaces des étages, il faut que celles ci puissent disparaitre. Les rayons caressent alors l'étoffe d'un canapé, dessinent les grandes lignes d'un salon, courtisent les froufrous des rideaux, irisent les dorures de panneaux historiés. Le marbre partout cadre les volumes, lisse les textures, renvoie la lumière. Les fenêtres immenses, prémices de baies vitrées, ouvrent sur la perspective. Champs moderne, redevenu contemporain. Un pas et l'on est au jardin."

     21

  • Diableries ou Voyage dans l'autre monde...
    Diableries ou Voyage dans l'autre monde...
    En 72 photographies stéréoscopiques, un voyage dans le royaume de Satan. Régates, course de vélocipèdes, théâtre, café... rien ne manque aux Enfers pour assurer les plaisirs du maître des lieux ! Toute similitude avec Napoléon III et le Second Empire ne serait que fortuite...

     72

  • Château d'Oiron
    Château d'Oiron
    Édifié dès la fin du 15e siècle par la famille Gouffier, le château d'Oiron garde le souvenir de son illustre propriétaire, Claude Gouffier. Important mécène, humaniste et collectionneur érudit, il est le commanditaire de la galerie des peintures, l'un des plus importants décors dans le style de l'École de Fontainebleau. L'État, qui a acquis le château, ravive sa vocation de mécénat et passe dès 1990 une série de commandes à des artistes contemporains parmi lesquels Christian Boltanski, Sol LeWitt, Georg Ettl, Daniel Spoerri ou encore Thomas Grünfeld. Ainsi, parfaitement intégrée dans cet écrin Renaissance, la collection "Curios et Mirabilia" est conçue sur le thème ancien du cabinet de curiosités, librement interprété par les artistes.
    À l'heure où nous fêtons les 30 ans des FRAC, partenaires privilégiés du château d'Oiron, et en cette semaine de l'art contemporain, Regards vous invite à voyager parmi les curiosités et merveilles du château d'Oiron.

     15

  • Geoffroy-Dechaume
    Geoffroy-Dechaume

     77

  • Les "déduits" ou plaisir de la vie...
    Les "déduits" ou plaisir de la vie...
    Une sélection des plus beaux panneaux du salon Chinois du château de Champs-sur-Marne, peint en 1748 par Christophe Huet (1700-1759) pour le duc Louis-César de la Vallière.

     29