Thématiques

76 résultat(s)

  • La féminité fantasmée
    La féminité fantasmée
    Au début du XXème siècle, Jules, Louis et Henri Séeberger se plaisent à réaliser dans leur atelier des portraits photographiques de jeunes femmes en noir et blanc. Ornées de couronnes de fleurs, vêtues de tenues orientalisantes ou s'incarnant en Madone, tantôt lascives tantôt pudiques, les modèles (anonymes) prenent la pose et jouent le rôle imaginé pour elles par les photographes.
    Les tirages de ces séances de pose sont ensuite colorisés à l'huile, avant d'être finalement reproduits photographiquement par leurs soins sur plaques autochromes.

     48

  • #THOMASTRO
    #THOMASTRO
    Souvent, tout commence par de belles images…

    Bravo Thomas Pesquet !

    #thomastro

     5

  • Inondations de Paris, 1910
    Inondations de Paris, 1910
    La ville de Paris a connu sa dernière crue centennale à l'hiver 1910 : inondant de nombreux quartiers parisiens, la Seine a alors atteint son nniveau maximal, 8,62 mètres au pont d'Austerlitz.

     104

  • Iconographie française, depuis le règne de Charles VII jusqu'à la fin de Louis XVI
    Iconographie française, depuis le règne de Charles VII jusqu'à la fin de Louis XVI
    Lithographe, éditeur et marchand, François Delpech (1778-1828) connait un grand succès éditorial, notamment par la publication de recueils de portraits de ses contemporains et de personnages historiques célèbres. À sa mort, sa veuve poursuivra son entreprise

     99

  • La famille Bonaparte
    La famille Bonaparte
    Portraits de l'entourage de Napoléon Bonaparte, lithographiés par François Delpech (1778-1828).

     15

  • Le jardin des Plantes, 1905
    Le jardin des Plantes, 1905
    Le jardin des Plantes de Paris, sa ménagerie ainsi que le muséum d'histoire naturelle furent le sujet de cartes postales réalisées par Jules, Louis et Henri Séeberger au début du 20e siècle.

     90

  • Le jardin du Luxembourg, 1905-1910
    Le jardin du Luxembourg, 1905-1910
    Au début du 20ème siècle, les frères Séeberger (Jules, Louis et Henri) ont photographié le jardin du Luxembourg : ses espaces verts, sa statuaire, ses promeneurs et la beauté des saisons deviennent ainsi le sujet de cartes postales qui constituent pour les parisiens le souvenir d'une belle journée au jardin.

     114

  • Parc zoologique du Bois de Vincennes, 1935
    Parc zoologique du Bois de Vincennes, 1935
    Ouvert en juin 1934, le Parc zoologique du Bois de Vincennes passe commande auprès des frères Séeberger, dès l'année suivante, de vues photographiques afin de réaliser des cartes postales. Devant l'objectif des trois photographes défilent alors des animaux que l'on avait jamais vus auparavant et des visiteurs intrigués, se pressant pour contempler ce spectacle nouveau...

     19

  • Vie de saint Jean-Baptiste
    Vie de saint Jean-Baptiste
    Parmi les tapisseries conservées au château d'Angers figurent des pièces de plusieurs tentures retraçant l'histoire de saint Jean-Baptiste.

     66

  • Le Transilien vers Rambouillet
    Le Transilien vers Rambouillet
    Le transilien (ligne Paris-Rambouillet) s'est habillé de nos photographies réalisées dans le magnifique domaine du château de Rambouillet ! Si vous ne prenez pas le TER, jetez un oeil sur notre sélection qui a servi à le décorer.

    The transilien (line Paris-Rambouillet) is dressed with our photographs taken in the beautiful domain of the château de Rambouillet. If you don't usually take this line, just have a look at our selection of photographies which has been used to decorate it.

     199

  • Maisons des Illustres d'Île-de-France
    Maisons des Illustres d'Île-de-France
    Créé en 2011 par le ministère de Culture et de la Communication, le label "Maisons des Illustres" met en lumière des demeures conservant et valorisant la mémoire de leurs hôtes, remarquables par le rôle majeur qu'ils ont joué dans les domaines des arts, des sciences, de la littérature ou de la politique.

     252

  • Maisons des Illustres du Centre des monuments nationaux
    Maisons des Illustres du Centre des monuments nationaux
    L'attribution du label « Maisons des Illustres » par le Ministère de la culture et de la communication offre l'occasion au Centre des monuments nationaux de vous convier à une visite au cœur des demeures qui conservent le souvenir de leurs hôtes, personnalités littéraires, artistiques ou politiques. Le regard de la photographe Colombe Clier permet de (re)découvrir la maison de George Sand, les châteaux de Voltaire et de Roger de Bussy, le havre de paix de Georges Clémenceau, la maison d'enfance d'Ernest Renan ou celle des dernières années de Léon Gambetta.

     58

  • En cuisine !
    En cuisine !
    Acte II -" RAGUENEAU (devant la cheminée): Ma Muse, éloigne-toi, pour que tes yeux charmants N'aillent pas se rougir au feu de ces sarments!
    (A un pâtissier, lui montrant des pains): Vous avez mal placé la fente de ces miches:Au milieu la césure,--entre les hémistiches!
    (A un autre, lui montrant un pâté inachevé): A ce palais de croûte, il faut, vous, mettre un toit. . .
    (A un jeune apprenti, qui, assis par terre, embroche des volailles): Et toi, sur cette broche interminable, toi, Le modeste poulet et la dinde superbe, Alterne-les, mon fils, comme le vieux Malherbe Alternait les grands vers avec les plus petits, Et fais tourner au feu des strophes de rôtis!" In. Cyrano de Bergerac par Edmond Rostand.

     26

  • Yvette Chauviré, la "prima ballerina assoluta"
    Yvette Chauviré, la "prima ballerina assoluta"
    Yvette Chauviré (1917-2016) fut sans doute la plus grande ballerine française du XXe siècle. Entrée à l'école de danse de l'Opéra à l'âge de dix ans, elle ne fera ses adieux à la prestigieuse institution qu'en 1970, après avoir incarné une multitude de rôles féminins mythiques (Giselle, Sylvia, Juliette, Ishtar...)
    Jean et Albert Séeberger ont, au cours des années 1940 et au début des années 1950, eu régulièrement l'occasion de photographier la danseuse étoile, disparue le 19 octobre 2016.

     42

  • Noir
    Noir
    Négation de toutes les couleurs, le noir représente, notamment en Occident, les sentiments de tristesse, de peur et de méchanceté… « Avoir les idées noires », « Broyer du noir »…. Il est ainsi associé aux Péchés, aux épreuves, à la mort, au néant, au deuil. Le noir comme acte "politique" lorsqu'il est porté par les ecclésiastiques, les princes à la suite de la Réforme protestante, s'oppose aux couleurs vives. Au XIXe siècle, il revêt les uniformes de ceux qui font autorité (magistrats, avocats, ecclésiastiques…) et assure la représentation du respect, de l'humilité et de la tempérance…Aujourd'hui sa profondeur et sa rigueur en font le symbole indétrônable du chic et de l’élégance…

     44

  • Blanc
    Blanc
    Si en Asie et dans certaines régions d’Afrique le blanc est la couleur du deuil, c’est en Europe un symbole de pureté, d’innocence, de propreté, et du vide. L'Antiquité romaine y associe les spectres et les apparitions l’associant ainsi à l'au-delà. Lors de la Guerre de Cent Ans le blanc s'opposa au rouge, marquant par sa neutralité, la fin des hostilités. Vers la fin du XVIIIe siècle les femmes sont vêtues de blanc pendant leur mariage afin de marquer leur virginité. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, on se blanchissait la peau pour se différencier des paysans, au teint hâlé dû aux travaux agricoles. Le blanc révèle de la noblesse et à la délicatesse.

     53

  • Vert
    Vert
    "Le vert, c'est la couleur du destin, de la chance et de la malchance, de l'espérance et du désespoir. Elle est associée à tout ce qui est changeant : la jeunesse, l'amour, l'argent, le hasard, la destinée... (...) " nous dit l'historien Michel Pastoureau...

     40

  • Jaune
    Jaune
    Il est difficile de se fier au jaune tant il génère de perceptions différentes ! Durant l'Antiquité, les Romains portaient le jaune lors des cérémonies. En Chine, associé à l'or, c'est la couleur de l'empereur symbolisant ainsi le pouvoir, la richesse, le soleil...L’imagerie médiévale lui confèrera son caractère négatif : trahison, jalousie, mensonge. On utilise le jaune pour l'exclusion: ainso au XIIIème siècle les juifs, considérés depuis les croisades comme les alliés des musulmans, portèrent une rouelle de couleur jaune, en signe d'infamie… L’épisode se répéta au XXème siècle avec le port de l’étoile jaune. Au XVIe siècle, on peignait en jaune la porte des traitres. Le pavillon jaune signale la quarantaine sur les navires. Enfin, le jaune est associé à la gêne : on « rit jaune». Aujourd’hui le jaune semble revenir en grâce c’est la couleur de la lumière, du renouveau et de la jeunesse.

     45

  • Bleu
    Bleu
    À l'exception des Égyptiens, qui y voyaient une couleur porte-bonheur liée à l'immortalité, le bleu a longtemps été une couleur écartée de la représentation. C’est le peintre Giotto qui en la substituant à la traditionnelle dorure confère désormais au bleu son caractère divin. Au cours de la Renaissance, l’utilisation de plus en plus massive de la guède, plante à partir de laquelle on fabrique le pigment, stimulera le développement économique de la Picardie ou de Toulouse pour la France. Symbole de fidélité, de sagesse, de justice et de liberté, elle est ainsi choisie pour être la couleur emblématique du drapeau de l’Union européenne.

     41

  • Rouge
    Rouge
    Dans l’antiquité puis dans le monde chrétien le rouge est la couleur attribuée aux Elites (Consul, empereurs, évêques…). Dérivé de l’animisme où le rouge, couleur du sang est aussi symbole de (re)naissance, il tient dans l’imaginaire populaire, le rôle de la chaleur, de l’exubérance et de la joie, ainsi il sera associé à la sensualité, au désir, à la tentation donc au diable…

     52