Newsletters

37 résultat(s)

  • Regard[s] de photographe #10 : Bogdan Konopka – Carte Blanche - Notre-Dame de Paris
    Regard[s] de photographe #10 : Bogdan Konopka – Carte Blanche - Notre-Dame de Paris
    « Equipé de mon trépied et du lourd sac à dos transportant chambre photographique et châssis, je gravis l’étroite spirale des 387 marches des tours pour accéder à la vue qui s’offre au million de visiteurs qui s’y pressent chaque année. Opérant après les heures d’ouverture au public, j’enregistre photographiquement une conversation avec les chimères, témoins centenaires et impassibles du patrimoine architectural et de ses transformations, sans gommer pour autant les éléments « dérangeants » tels les dispositifs anti-volatiles pour préserver la santé de ces êtres fabuleux ou le couloir grillagé pour la sécurité des visiteurs. Le fantôme de Quasimodo rôde autour du bourdon, je me faufile derrière lui dans les combles sur un long chemin de planches pour photographier la cage de l’horloge et la rosace côté ouest. La nef de la cathédrale bruisse, je capte en longue pose ce brouillard d’allées et venues tandis que les bois sculptés des stalles et les polychromes du choeur contemplent avec bienveillance le silence du recueillement. »

    Bogdan Komopka

    “Armed with my tripod and the heavy backpack containing the view camera and film holder, I climb the 387 stairs of the narrow spiral staircase to admire the view that over a million visitors come to see every year. Working after public opening hours, I record in photo format the dialogue between the chimeras that bear impartial witness to centuries of architectural heritage and its transformations, while not ignoring the more “intrusive” elements such as the anti-bird devices that preserve the constitution of these fabulous beings or the wire mesh of the gangway that ensure the safety of visitors. Quasimodo’s ghost prowls around the great bell, I sneak behind him in the roof space along the wooden planks to capture the clock frame and the West rose window. The cathedral nave hums as I take a long-exposure photograph of the comings and goings below, while the sculpted wood of the stalls and the polychrome decoration of the

     12

  • NL Maior Ecclesia - Cluny
    NL Maior Ecclesia - Cluny
    En 2007, le Centre des monuments nationaux, l'École nationale supérieure des Arts et Métiers et la société ON-SITU signent un partenariat de recherche intitulé "GUNZO", pour la mise en oeuvre d'un programme de restitution virtuelle de l'ancienne église abbatiale de Cluny (dite "Cluny III").
    L'aboutissement de ce travail est la réalisation en 2009 d'une simulation en relief et haute définition de la Maior Ecclesia désormais visible sur Regards.
    http://www.regards.monuments-nationaux.fr/fr/asset/related/videos/87548/maior-ecclesia-restitution-virtuelle-de-l-eglise-abbatiale-de-l-ancienne-abbaye-de-cluny-dite-cluny-iii

     12

  • Embarquons...
    Embarquons...
    Février 1962, le France, alors plus grand paquebot du monde, quitte le Havre pour sa première traversée transatlantique. À bord, les œuvres des grands artistes de l’époque côtoient un luxueux ameublement.
    13 années plus tard, après 377 transatlantiques et l’équivalent de 85 tours de la planète, l’annonce du démantèlement du navire suscitera chez un journaliste américain un certain émoi : « Quoi ? Désarmer le France ? Autant renier les truffes, arracher les vignobles et supprimer Jeanne d'Arc des livres d'histoire... Allons enfants, tous aux barricades ! ».

    Montons à bord du France grâce aux photographies de Jean Feuillie.

     15

  • Regard[s] de photographe#9: Françoise Huguier @Bélébat
    Regard[s] de photographe#9: Françoise Huguier @Bélébat
    Le pôle Images a confié une "Carte Blanche" à Françoise Huguier pour aller à la rencontre de Georges Clemenceau dans sa maison de Saint-Vincent- sur-Jard. En novembre prochain sera présentée au Panthéon une exposition célébrant Georges Clemenceau accompagnée d'une monographie signée par Sylvie Brodziak et Jacqueline Sanson (Editions du patrimoine).

    « Il est assez étonnant d’imaginer quelqu’un de la prestance de Clemenceau, président du Conseil (de 1906 à 1909 puis de 1917 à 1920), prendre sa retraite dans une petite longère vendéenne nommée « Bélébat » en bord de mer. Éclairé sur les arts de son époque et grand amateur de peinture, influencé par ses amis Zola, Gauguin, Van Gogh, il découvre le japonisme à la fin du XIXe siècle. Dans les deux chambres d’amis que compte la maison, l’on peut admirer quelques estampes japonaises. Je suis frappée par les trophées de chasse appliqués au mur. Et puis cet extraordinaire petit meuble de bateau aux multiples tiroirs à l’intérieur desquels l’on trouve un lavabo. La cuisine et sa batterie d’ustensiles en cuivre, la petite carafe verte en forme de hibou et puis le bureau face à la mer nous offrant le spectacle des marées. Le délicat jardin, sous ses airs désorganisés, prouve bien le contraire. Je me demande comment l’on sait quelles mauvaises herbes l’on doit enlever, cela fait rire la responsable du jardin lorsque je lui pose la question. Je croise le magnifique buste de Clemenceau, face à l’océan, dont on a l’impression qu’il continue de mener vers la victoire ».
    Françoise Huguier (juin 2018)

     21

  • Joël Robuchon
    Joël Robuchon
    Il fut le chef le plus étoilé de la planète et sa recette culte de purée de pommes de terre beurrée à souhait a fait le tour du monde.
    Regards rend hommage à Joël Robuchon, élu cuisinier du XXème siècle par le guide Gault et Millau.

     12

  • Tous les bleus-blancs-rouges possibles et imaginables
    Tous les bleus-blancs-rouges possibles et imaginables
    Tableaux anciens, publicité, design, architecture, porcelaine, art contemporain... Tout est bleu blanc rouge... Un message subliminal ? Vive le 14 juillet et bonne chance aux bleus : Ne baissez pas la garde !!

     33

  • Regard[s] de photographe #8: Michael Kenna @Le site mégalithique de Carnac
    Regard[s] de photographe #8: Michael Kenna @Le site mégalithique de Carnac
    Having photographed at megalithic sites such as Avebury, Castlerigg, and Stonehenge in the U.K, Carnac in Brittany has always been high on my wish list. I was finally able to spend three days walking, exploring and photographing there in December, 2017. The sheer scale of Carnac is absolutely breathtaking, with alignments, dolmens, tumuli and single menhirs spread out over many miles. I found it to be a deeply mysterious place, set in tranquil rural surroundings, quite close to the coast. It was not possible for me to see everything in the short time I was there, and it would require many more visits in different seasons and lighting conditions to give Carnac the full respect it deserves. Having begun the conversation, I will hopefully revisit Carnac and continue the dialog.

    Michael Kenna


    J’ai déjà photographié des sites mégalithiques comme Avebury, Castelrigg et Stonehenge au Royaume-Uni, mais photographier le site de Carnac a toujours été un de mes plus grands souhaits. En décembre 2017, j’ai enfin eu l’occasion trois jours durant de marcher, explorer et photographier ce site. Les alignements, les dolmens, tumuli et autres menhirs font de Carnac un lieu à couper le souffle. Un site empli de mystères, dans un environnement rural paisible, situé non loin de la côte. Je n’ai pu tout voir en si peu de temps, chaque saison mériterait une visite pour saisir les lumières et rendre à Carnac le respect qui lui revient. J’ai noué un lien avec Carnac, j’espère y retourner pour poursuivre le dialogue.

    Michael Kenna

     15

  • Le Panthéon en quête d'auteur: Daniel Boudinet au Cloitre de la Psalette, Tours
    Le Panthéon en quête d'auteur: Daniel Boudinet au Cloitre de la Psalette, Tours
    16 juin 2018 > 17 septembre 2018
    En 1985, la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (CNMHS), actuel Centre des monuments nationaux, donnait carte blanche à six jeunes photographes, dont Daniel Boudinet, pour renouveler l’image des monuments du patrimoine architectural français.
    "Monuments en quête d’auteurs" fut le nom donné à cet ambitieux projet : six photographes (Daniel Boudinet, Manel Esclusa, Marc Le Méné, Elisabeth Lennard, Pierre Radisic et Keiichi Tahara), face à six monuments (le Panthéon, Carcassonne, l’Abbaye du Mont-Saint-Michel, l’Arc de Triomphe, le château du Haut-Koenigsbourg et le château de Chambord). Chaque photographe s’emparant d’un monument.
    Le résultat de cette commande, 53 tirages photographiques originaux, fut exposé à l’hôtel de Sully à l’automne 1986 tandis qu’une petite partie en était publiée dans le numéro 147 de la revue « Monuments historiques ». Mais après cela, plus rien ou presque. Les tirages furent vite rangés dans une réserve puis… oubliés. Ce n’est qu’au début des années 2010, à l’occasion du déménagement de cette réserve que l’ensemble fut retrouvé, inventorié et restauré.
    L’organisation par le Jeu de Paume d’une exposition consacrée à Daniel Boudinet au château de Tours à partir de juin 2018, est vite apparue pour le Centre des monuments nationaux comme une superbe opportunité de présenter, au cloître de la Psalette, le travail réalisé par ce photographe sur le Panthéon.

     10

  • Pas de photographie sans Lumière(s) : Patrick Tourneboeuf au château de Voltaire
    Pas de photographie sans Lumière(s) : Patrick Tourneboeuf au château de Voltaire
    La démarche de Patrick Tourneboeuf, à la fois documentaire et plasticienne, a pour ambition de restituer la présence humaine en des lieux qui en sont privés. L’espace d’un moment, en l’occurrence celui du chantier, il décrit avec la précision de la chambre photographique les conditions parfois poétiques, souvent rudes d’un lieu en pleine mutation.
    Une série de commandes publiques (Grand Palais, château de Versailles, musée Rodin…) déclenche chez ce fils d’antiquaire le désir de rassembler son travail en une narration - pour ne pas dire en une collection - sur l’histoire et le patrimoine. La commande initiée au château de Voltaire par le Centre des monuments nationaux s’inscrit dans ce récit.
    Au château de Ferney-Voltaire, les Lumières guident l’esprit comme le regard. Aussi veut-on croire que cette rencontre du photographe avec François-Marie Arouet, dit Voltaire, n’est pas si fortuite…AL

     26

  • Le mouvement
    Le mouvement
    Spontané ou contrôlé, il est partout. "Le mouvement est principe de toute vie". (Léonard de Vinci).

     15

  • Michael Kenna - Mont Saint-Michel
    Michael Kenna - Mont Saint-Michel
    Michael Kenna a réalisé il y a quelques années de remarquables photographies au mont Saint-Michel qu’il a souhaité confier en diffusion au pôle Images du Centre des monuments nationaux.
    Quel magnifique alibi pour évoquer la puissance imaginaire de ce lieu avec les mots de Guy de Maupassant et les images de Michael Kenna … Bon voyage !

    « Je l’avais vu d’abord de Cancale, ce château de fées planté dans la mer. Je l’avais vu confusément, ombre grise dressée sur le ciel brumeux. Je le revis d’Avranches, au soleil couchant. (…). L’'abbaye escarpée, poussée là-bas, loin de la terre, comme un manoir fantastique, stupéfiante comme un palais de rêve, invraisemblablement étrange et belle, restait presque noire dans les pourpres du jour mourant (…)
    J’allai vers elle le lendemain dès l'aube, à travers les sables, l’œil tendu sur ce bijou monstrueux, grand comme une montagne, ciselé comme un camée et vaporeux comme une mousseline. Plus j’approchais, plus je me sentais soulevé d'admiration, car rien au monde peut-être n'est plus étonnant et plus parfait. Et j’errai, surpris (…) levant mes yeux émerveillés sur ces clochetons qui semblent des fusées parties vers le ciel (…) chef-d' œuvre d'architecture colossale et délicate Comme je restais en extase un paysan bas-normand m'aborda et me raconta l'histoire de la grande querelle de saint Michel avec le diable (…) »
    Guy de Maupassant « La légende du Mont Saint-Michel » 1882.

    Photos ©Michael Kenna/Dist. Centre des monuments nationaux

     15

  • Roger de Bussy-Rabutin
    Roger de Bussy-Rabutin
    Lieutenant général des armées du roi Louis XIV, philosophe, membre de l’Académie française, Roger de Bussy-Rabutin (13 avril 1618 – 9 avril 1693) se distingua notamment par son libertinage qui l’entraîna en disgrâce. Son roman satirique « Histoire amoureuse des Gaules » sur les intrigues amoureuses de la cour, valut au cousin de Madame de Sévigné un séjour à la Bastille et son exil en son château de Bussy-le-Grand.

    Pour célébrer le 400ème anniversaire de sa naissance, Regards vous invite en Bourgogne.

     15

  • L'abbaye de Beauport vue par Jean-Christophe Ballot
    L'abbaye de Beauport vue par Jean-Christophe Ballot
    Regard[s] diffuse désormais sur son site les photographies réalisées par Jean-Christophe Ballot à l’abbaye de Beauport, une commande passée au milieu des années 90 par le Conservatoire de l’espace du Littoral. Bellus Pontus (Beau port) est érigée au XIIe siècle entre Tréguier et Saint-Brieuc. Sans cesse réhabilitée et transformée depuis François Ier, puis désertée au XVIIIe siècle, elle accueille successivement ordre religieux, fermiers, mairie et école de Kérity avant d’être classée Monument historique grâce à l’intervention de Prosper Mérimée en 1862. Lorsque Jean-Christophe Ballot arrive sur les lieux, il doit composer, avec l’abandon d’un site qui flirte à la fois avec romantisme et désolation, une photographie qui se revendique classique et contemplative. Grâce à son goût du théâtre, du Merveilleux et du temps qu’il sait se donner et donner aux choses il rend compte d’un patrimoine architectural et naturel à la veille d’une incroyable métamorphose …

    Retrouvez-nous aussi sur Facebook: http://on.fb.me/13XJmpz
    https://www.instagram.com/regards_cmn/

     21

  • Décors d'Opéra
    Décors d'Opéra
    Le Centre des monuments nationaux possède une remarquable série de maquettes de décors d'opéra réalisées par Pier-Bonifazio Algieri, élève de Servandoni (1757-1765), conservées au château de Champs-sur-Marne. Ces maquettes sont un témoignage unique et particulièrement précieux des décors scéniques réalisés au 18e siècle pour des opéras de Jean-Baptiste Lully ou de Jean-Philippe Rameau. Malgré leurs dimensions réduites, tour à tour elles nous transportent aux Enfers, nous font pénétrer dans les palais des Dieux ou nous perdent dans des jardins où règne l’Amour…

    Retrouvez dans la rubrique « Actualités » les 145 prises de vue représentant 20 décors : http://www.regards.monuments-nationaux.fr/fr/feature/504/decors-d-operas/page/1

    Suivez-nous sur Facebook http://on.fb.me/13XJmpz

     18

  • Bogdan Konopka
    Bogdan Konopka
    Reportage ancien de Bogdan Konopka à la place Forte de Mont-Dauphin : envers du décor et vision très personnelle...

     20

  • Un recueil pour déambuler dans les jardins d'Oiron
    Un recueil pour déambuler dans les jardins d'Oiron
    Regards a le plaisir de vous faire découvrir l’une des dernières acquisitions notables du Centre des monuments nationaux : « Le Recueil des vues et plans, Carte générale et particulière du château et seigneurie d’Oyron […] » Un album commandé par le duc d’Antin en 1713, un extraordinaire témoignage sur le Château d’Oiron et ses jardins.

    Pour la 31ème édition des journées du patrimoine qui se tiendra les 20 et 21 septembre, le thème du jardin est à l’honneur…A cette occasion, le Centre des monuments nationaux vous invite à prendre la poudre d’escampette en venant déambuler dans les nombreux jardins à la française de ses monuments…

     15

  • Newsletter : Libération
    Newsletter : Libération
    « Après la libération de Paris, que Jean Séeberger a photographiée, les troupes américaines font route vers l’Est. Le 27 août 1944, par une chaude journée comme en connaît la Brie, la troupe B du 4th Cavalry Squadron est à Crécy-en-Brie et avance sur la RN34 en direction de Coulommiers. Un petit camp est installé, pendant plusieurs jours, dans un pré sur la commune de Guérard. De ce camp, les soldats américains rayonnent dans les hameaux alentours. Non loin de là, la maison de la famille Séeberger est située au cœur du groupement de petites fermes briardes qui constitue Monthérand.
    Pour voir ses parents, Albert Séeberger, célibataire, vient régulièrement à vélo de Paris où il travaille avec son frère Jean. Il se trouve à Monthérand lors des évènements d’août 1944. A l’annonce de l’arrivée des américains, chacun quitte son ouvrage de saison et court à la rencontre des libérateurs. A Montbrieux, on abandonne même à la Fontaine aux Camus, dans son corbillard, seul avec le cheval, un défunt qu’on était en train de porter en terre au cimetière.
    Sillonnant les routes entre Crécy-en-Brie et Guérard, Albert photographie la liesse des habitants, les véhicules américains assaillis par les villageois, leur progression à travers la Champagne, ou encore les obsèques d’un jeune FFI local abattu par un Allemand... Dans l’attroupement autour d’un véhicule radio, on reconnaît, béret noir, lunettes fines et barbe blanche, Louis Séeberger, l’un des trois photographes de Séeberger Frères, première génération, et père de Jean et Albert. Certains habitants invitent les soldats à venir célébrer cette victoire autour d’un repas. Ce jour-là, Jess l’américain et Albert le photographe dînent ensemble dans la maison Séeberger, et nouent une amitié qui durera jusqu’à leur mort. »

    Michèle Séeberger

     11

  • Le papier
    Le papier
    C’est l’observation des guêpes fabriquant leur nid avec des fibres de bambou broyées et mélangées avec leur salive qui inspira Ts’ai-Lun, haut-fonctionnaire à la cour impériale chinoise, inventeur du papier dès 105 après JC.
    Le secret de fabrication est finalement divulgué en 751 et se répand dans tout l’Occident, et c’est à Troyes que les français créent leur première fabrique au 14ème siècle. Grâce au développement de la production et de la diffusion des textes à la fin du 15ème siècle, le papier devient un outil de démocratisation des savoirs et l’un des supports privilégiés à la création artistique.

    Quelques jours avant le Salon du Livre et la semaine du Dessin, Regards vous invite à découvrir en images ce support recueillant toutes les formes de la pensée humaine : conceptuelle, littéraire, plasticienne ou philosophique.

     12

  • RAMEAU
    RAMEAU
    "J'ai suivi le spectacle depuis l'âge de douze ans : je n'ai travaillé pour l'Opéra qu'à cinquante ans, encore ne m'en croyais-je pas capable : j'ai hasardé, j'ai eu du bonheur, j'ai continué." Ainsi se livre Jean-Philippe Rameau (1683-1764) lorsqu'il aborde son Oeuvre pour l'Académie royale de musique, modestement, simplement. Mais que l'on ne s'y trompe pas ! De 1733, année d'"Hyppolite et Aricie" à 1763, année d'"Abaris ou Les Boréades", Rameau s'illustre dans tous les genres lyriques, y injecte sa science de l'Harmonie et son goût des divertissements, il révolutionne la musique française...

    Avec "Regards", retrouvez les décors pour la tragédie lyrique "Dardanus" (1739 et 1744), le ballet héroïque "Les Surprises de l'Amour" (1748 et 1757), la pastorale héroïque "Zaïs" (1748) et la comédie lyrique "Les Paladins" (1760).

    Pour aller pus loin, nous vous invitons à consulter le site Internet dédié à l'auteur : www.rameau2014.fr

     9

  • Le Tigre et l'Asie
    Le Tigre et l'Asie
    2014 nous rappelle au bon souvenir du "Père la Victoire", du "Tigre", du "France's Grand Old Man"... Habité par la culture classique, Georges Clemenceau est un tribun dont les formules caustiques retenues par l'histoire ne suffisent à résumer l'homme. L'humanisme du médecin, l'engagement politique et la précision du journaliste, professions qu'il a successivement exercées, forgent un esprit libre et visionnaire. C'est ainsi qu'en 1920, à plus de 80 ans, il entreprend un voyage de sept mois en Asie. Ses relations avec "l'Extrême-Orient, terra incognita d'un développement d'activités mentales qui n'ont été dépassées sur aucun continent de la terre [...]" (Au soir de la Pensée, 1927) seront si ferventes que Singapour en présence de l'intéressé, sera la première ville à donner le nom de Clemenceau à l'une de ses avenues. Grâce au prêt d'objets conservés dans la maison de Belébat à Saint-Vincent-sur-Jard, le CMN est l'un des contributeurs de la future exposition organisée par le musée national des arts asiatiques-Guimet : Clemenceau, le Tigre et l'Asie (du 12 mars au 16 juin 2014).

     18